Stage d’écriture Primitive

Article républicain lorrain

Article JY stage Sarrebourg

article original avec photo

CULTURE au centre socioculturel CULTURE Sarrebourg : la liberté par l’écriture selon Jean-Yves Revault

L’écrivain et comédien Jean-Yves Revault a été accueilli au centre socioculturel pour un exercice particulier : découvrir les rudiments de l’écriture primitive. Une écriture qui prône la liberté et la créativité de chacun.

  • Vu 15 fois
  • Le 02/04/2017 à 05:00

Jean-Yves Revault (1 er à gauche au deuxième rang) a guidé ses stagiaires vers l’écriture primitive. Photo RL Photo HD

Il est écrivain, conférencier, comédien, mais aujourd’hui c’est le costume d’animateur de stage d’écriture qu’a revêtu Jean-Yves Revault.

Accueilli au centre socioculturel de Sarrebourg, cet ardent défenseur de la rédaction manuscrite veut transmettre son message : « Face à la page blanche, il n’y a jamais de problème d’inspiration, il n’y a que des problèmes d’interdiction. »

Depuis 25 ans, ce Robin des bois de l’écriture court par monts et par vaux pour, comme il le dit si bien : « Désapprendre à écrire, libérer les contraintes liées à l’écriture, rayer une fois pour toutes ce qui est bien ou pas bien. »

Mais alors comment doit-on écrire ?

« Plus personne ne doit être bloqué avant d’écrire. J’encourage bien entendu les exercices, mais surtout que chacun écrive selon son envie et selon son humeur. »

Une drôle d’aventure en perspective, non ?

« Pas du tout. Combien de textes ai-je lu, rédigés avec perfection au sens scolaire du terme, mais où à la fin on s’ennuie immanquablement. Alors que d’autres comportent de nombreuses erreurs, mais rédigés avec le cœur, ils ont un sens quelquefois profond qui amène le lecteur à poursuivre les pages avec intérêt ! »

Sources profondes

« Cette forme de rédaction accessible à tous nous connecte à nos sources profondes, à notre sauvagerie originelle » selon Jean-Yves Revault, pour lequel il faut rire avec les mots, retrouver nos émotions contenues et surtout nous libérer de ce formatage scolaire.

« Nous nous sommes trahis intérieurement, et ne sommes pas nous-mêmes de par cette adaptation aux règles officielles de l’écriture », poursuit-il.

Tout au long d’un week-end, les Sarrebourgeois auront pu pratiquer certaines techniques propres à libérer la créativité de chacun, utiliser des modes d’écriture peu usités ou bien encore travailler le style comme la musicalité, la concision ou le rythme.

« Je souhaite que chaque stagiaire puisse harmoniser le fond et la forme de sa rédaction pour lui permettre de retrouver son propre soi-même », conclut Jean-Yves Revault.